7 questions à Koko Lawson Adoté, Actuaire certifiée

Posted: 5 novembre 2017 by Ennelle

Spread the love

Vous êtes membre fondateur de l’Association des Actuaires Africains. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

L’idée de l’AAA est venue de Yoboua Angoua, un promotionnaire de l’ENSAE. J’ai adhéré à son idée car je ressentais un vrai manque de networking entre africains vivant à Paris et encore plus dans notre corps professionnel. Il faut dire que les actuaires sont globalement très organisés dans le monde entier. Il nous fallait un mouvement qui soit particulièrement axé sur nous et qui nous permette d’avoir un réseau assez robuste afin de promouvoir et développer l’actuariat et l’assurance en Afrique. 

4 ans plus tard, quel bilan vous dressez ? Comment avez-vous réussi à y attirer des actuaires et asseoir la crédibilité de l’association ?

Un bilan très positif. La crédibilité est venue des objectifs que nous nous sommes fixés, des réalisations que nous avons réussies, de notre vision et du caractère réaliste de cette vision. Nous avons réussi à créer un vrai réseau entre actuaires et professionnels de l’assurance intéressés par l’Afrique via de différents événements. En exemple, depuis 3 ans nous effectuons une conférence annuelle. Et cette dernière est devenue le rendez vous phare de l’année où se rencontrent divers professionnels (250 personnes en moyenne). Nous n’y abordons que des sujets portant sur l’assurance en Afrique. Cette année 2017, nous avons ainsi reçu :

  • le Secrétaire Général de la CIMA qui est l’organe de régulation de l’Assurance dans la zone cfa ouest-central de l’Afrique
  • le Président de la FANAF qui est la fédération d’assurance regroupant plus de 150 compagnies d’assurance en Afrique
  • et de nombreux directeurs d’entreprises d’assurance parmi lesquels Nelly Mongosso’o, Directrice générale de Allianz Togo.

Ce fut vraiment une belle réalisation pour nous. Ces réalisations forment un socle solide pour la réalisation de notre vision, faire connaître l’actuariat en Afrique et identifier les solutions qu’apporte cette discipline pour nos économies.

Qui êtes-vous ?

Koko Lawson Adoté, 31 ans mariée et j’ai un enfant. Je travaille actuellement chez Africa Re (African Reinsurance Corporation) à Lagos au Nigéria.

Je suis actuaire certifiée, diplômée de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE) en 2009. Je suis également titulaire d’un master en Actuariat et Finances à l’Université Paris Dauphine.

Mon baccalauréat D en poche , j’ai quitté Lomé pour Paris en 2003. Inscrite à l’université Paris 7 Denis Diderot, j’ai obtenu un DEUG MASS (Mathématiques Appliquées et Sciences Sociales) à l’Université Paris 7 Denis Diderot. J’ai ensuite poursuivi à l’Université Paris Dauphine dans la filière « Mathématiques et Informatique de la Décision et des Organisations » (MIDO). J’y ai obtenu ma licence et mon master 1 en 2007. Je nourrissais l’ambition d’intégrer l’ENSAE (la meilleure école des statistiques et de l’administration économique de France) depuis mon Deug, j’ai donc postulé pour une intégration directe en 2ème année. Quelle ne fut ma joie lorsque j’ai reçu mon courrier avec mon nom inscrit me confirmant mon admission ? ! Vous l’avez compris, je suis une férue de mathématiques. J’adore les mathématiques, les chiffres et tout ce qui s’y réfère !

Après mon diplôme, j’ai travaillé respectivement chez AVIVA France puis BNP Paribas Cardif et maintenant chez Africa Re.

Quelle compétence unique vous a aidé à monter l’AAA et être qui vous êtes aujourd’hui ?

Ce n’est pas en soi une compétence mais surtout une envie permanent d’être la meilleure doublée d’une hyperactivité que je peine à contrôler. Je suis en perpétuelle quête d’expérience !

Quel conseil auriez-vous donné avec le recul à votre moi de 18 ans ?

De savoir briser les barrières et de mieux réseauter. C’est la clé je pense pour une réussite rapide.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous a donné dans la vie ?

De toujours travailler à être la meilleure dans ce que je fais.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ? Et où voyez-vous l’AAA ?

Et si on rêvait un peu ? Je me vois à la tête de ma propre entreprise de… restauration  loin du milieu de l’assurance. Je rêve d’ouvrir un petit espace cosy où mes clients se sentiraient relax loin du stress quotidien.

L’AAA je la vois très loin. C’est une équipe de battants qui cherche à l’emmener le plus haut possible. Aujourd’hui le siège de l’AAA est à Paris. Pour nous tous, sa place est en Afrique. Je vois l’AAA représenter tous les actuaires de l’Afrique avec son siège dans un pays africain et des bureaux dans divers pays africains y compris en Europe. Et ceci afin que tous les actuaires, ou professionnels travaillant dans le milieu de l’assurance et affiliés à l’AAA puissent travailler en synergie absolue.

Comment vous organisez-vous pour équilibrer bien-être et famille avec le travail ? 

L’équilibre vie privée-vie professionnelle est une équation complexe parce qu’appelant beaucoup de flexibilité. La question se complexifie a mesure que nos responsabilités professionnelles croissent et qu’en parallèle la famille s’agrandit.

La solution s’appelle une grande organisation  et savoir dédier des moments précis  à la famille puis des moments précis au travail.

No Comments

Leave a Reply